UMR 5060 CNRS-Université Bordeaux Montaigne

Nos tutelles

CNRS UBM

Autres équipes IRAMAT

CEB UTBM

Notre LABEX

LaScArBx






Antenne de Rennes

RENNES

Rechercher




Accueil > Annuaire

Mercier Norbert

GIF - 24.1 ko

Directeur de Recherches - CNRS

Contact : norbert.mercier@u-bordeaux-montaigne.fr
Tél. 05 57 12 15 86

Thèmes de recherche

- Géochronologie par les méthodes de la luminescence

Recherches actuelles

Mes recherches portent sur le développement et la mise en œuvre des méthodes de datation fondées sur l’analyse des signaux de luminescence émis par les matériaux siliceux. Au niveau méthodologique, je cherche à développer des approches permettant d’obtenir des informations détaillées sur la distribution des radioéléments et son impact sur la dosimétrie, composante essentielle de toute datation par luminescence. Je m’intéresse aussi aux signaux de luminescence émis par les supports que nous cherchons à dater, afin d’accroître la fiabilité des datations et d’étendre la portée chronologique des méthodes.

Au travers de différents programmes de recherche auxquels je participe, mon champ d’action couvre la France, les Balkans, le Proche-Orient et l’Afrique de l’Ouest et du Sud.

Parcours de recherche

Physicien de formation, j’ai eu la chance de pouvoir préparer ma thèse de doctorat au Centre des Faibles Radioactivités sous la direction de H. Valladas, chercheuse au CEA, et B. Vandermeersch, professeur d’Anthropologie à l’Université Bordeaux 1. Mon sujet s’intitulait : ”Apport des méthodes radionucléaires de datation à l’étude du peuplement de l’Europe et du Proche-Orient au cours du Pléistocène moyen et supérieur”, et ma thèse fut soutenue en janvier 1992 à l’Université de Bordeaux 1.

Après un séjour post-doctoral à l’Université « La Sapienza », à Rome, j’ai été recruté au CNRS en tant que Chargé de Recherche, et affecté au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement où j’ai développé mes recherches sur la dynamique des populations humaines au Pléistocène moyen et supérieur, en relation avec les changements paleoenvironnementaux. Parallèlement, je me suis attaché à améliorer, et parfois aussi développer, les outils dosimétriques auxquels les géochronologues qui mettent en œuvre les méthodes de datation dosimétriques font appel. Je me suis aussi tourné vers d’autres méthodes que la thermoluminescence – méthode que j’avais appliquée à la datation de silex chauffés au cours de mon dictorat-, et notamment je me suis investi dans la luminescence optique. Ce glissement méthodologique m’a ainsi permis d’accéder à la datation directe des sédiments et donc, à de nombreux gisements d’Europe, du Proche-Orient ou encore d’Afrique.

J’ai soutenu en 2001 à l’Université de Bordeaux 1 mon Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) et intégré en 2007 le Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie (CRP2A), composante de l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux.

Depuis 2009, je suis Directeur de Recherche dans ce laboratoire.

Bibliographie

Ouvrages collectifs

Mercier, N., Valladas, H., 1994. Thermoluminescence dates for the Palaeolithic Levant. Dans (O. Bar-Yosef & R. Kra) Late Quaternary chronology and paleoclimates of the Eastern Mediterranean. Radiocarbon 13-20.

Valladas, H., Mercier, N., 2002. Les méthodes de datation par la luminescence. Géologie de la Préhistoire : méthodes, techniques, applications. GEOPRE. Paris. pp. 1209-1226.

Valladas, H., Mercier, N., 2005. Les méthodes de la Géochronologie. Dans : Paléoanthropologie (sous la direction de B. Vandermeersch). CTHS.

Reyss, J-L., Valladas, H., Mercier, N., Froget, L., Joron, J-L., 2007. Application des méthodes de la thermoluminescence et des déséquilibres dans la famille de l’uranium au gisement archéologique d’El Akarit. Dans : EL AKARIT : Un site archéologique du Paléolithique moyen dans le sud de la Tunisie. (sous la direction de J. P. Roset & M. Harbi-Riahi), pp. 357-363.

Valladas, H., Mercier, N., Froget, L., Joron, J-L., Reyss, J-L., Falguères, C., Bahain, J-J., Masaoudi, H., Ayliffe, L., Rousseau, L. , 2008. Le contexte environnemental et le cadre chronologique des occupations humaines : l’apport des datations radiométriques. Dans : PAYRE : Des occupations humaines de la moyenne vallée du Rhône en contexte de grotte et d’abri de la fin du Pléistocène moyen et du début du Pléistocène supérieur. Monographie (sous la direction de M-H. Moncel). Bulletin de la Société Préhistorique Française.