UMR 5060 CNRS-Université Bordeaux Montaigne

Nos tutelles

CNRS UBM

Autres équipes IRAMAT

CEB UTBM

Notre LABEX

LaScArBx






Antenne de Saclay

LAPA

Rechercher




Accueil > Actualités

Matinée de réflexion « Mortiers et bâtiments historiques » à la DRAC de Bordeaux

par FD - publié le

Matinée de réflexion « Mortiers et bâtiments historiques » à la DRAC de Bordeaux

Le 9 Mai 2017 avait lieu à la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) de Bordeaux, une matinée de réflexion intitulée « Mortiers et bâtiments historiques : Comment les grains de sable font avancer la recherche en chronologie ? ». Cet événement a été organisé par notre laboratoire en collaboration avec le CREAHd [1], le Service Régional de l’Archéologie, la fondation Bordeaux Université et le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine. Il s’est agi à partir d’une présentation du projet « Mortar Dating in Aquitaine » (MoDAq) [2] de rechercher de nouveaux partenariats scientifiques et financiers. Pierre Guibert (Porteur du projet et Directeur IRAMAT), Petra Urbanová (post-doctorante à l’IRAMAT-CRP2A) et leurs collaborateurs Anne Michel d’Ausonius et Hervé Gaillard du Service Régional d’Archéologie ont expliqué les objectifs et l’état des lieux du projet.

JPEG - 70.5 ko

Fouilles et campagne d’échantillonnage dans la crypte de la Collégiale St Seurin de Bordeaux (mai 2014, photo Anne Michel, Ausonius)

La présentation s’est déroulée dans la salle Claude Lasserre, aux murs de pierre épais, des vitraux ornant les fenêtres. Les locaux de la DRAC Nouvelle Aquitaine forment un mélange étonnant de patrimoine et de modernité. Quel cadre se prêterait mieux à parler de techniques de pointe appliquées au bâti monumental ? Car le projet MoDAq dont il est question repose sur l’étude d’édifices anciens, dont la construction remonte à l’Antiquité gallo-romaine ou au Haut Moyen Âge. La Luminescence Optiquement Stimulée (OSL) y occupe une place centrale car elle permet de dater la dernière exposition à la lumière de grains de sable qui ont été utilisés lors de la fabrication des mortiers. Pour ces matériaux, la dernière exposition à la lumière date la construction du bâtiment. Rares sont les équipes en Europe qui peuvent mettre en place ce système de datation. Petra Urbanová exerce dans ce projet son expertise de la datation et de la caractérisation des mortiers dans le cadre d’un post doctorat. Son poste serait poursuivi l’an prochain si nous obtenons les financements nécessaires.
Pour soutenir ce projet, vous pouvez vous renseigner sur le site de la Fondation Bordeaux Université et en parler à une entreprise ou un particulier qui pourrait être intéressé par du mécénat. Pour rappel, 60% du don est déductible des impôts pour les entreprises, avec un plafond en fonction du nombre d’employés. Pour les particuliers, c’est 66% du don qui peut être déduit des impôts.
Les études portent sur des églises urbaines comme l’église Saint Seurin à Bordeaux ou la Chapelle Saint Jean Baptiste à Périgueux. Mais le patrimoine rural n’est pas laissé de côté avec les églises de Gironde sur Dropt ou de Sérignac en Lot et Garonne. L’équipe de MoDAq comprend des chercherus et des ingénieurs de l’IRAMAT-CRP2A, d’Ausonius, UMR 5607 du CNRS, Institut de Recherche Antiquité et Moyen Âge et du Service Archéplogique Régional de Nouvelle Aquitaine. L’une des approches défendues par ce projet est justement d’allier les méthodes archéologiques à l’étude des matériaux. Les résultats d’ores et déjà obtenus permettent de comprendre et de caractériser les étapes de construction des édifices étudiés, dont les premières remontent parfois à l’Antiquité, comme à Saint Seurin de Bordeaux et à Saint Jean Baptiste de la Cité, à Périgueux.


[1CREADh : Construction Ressources Environnement Aménagement et Habitat durable

[2MoDAq est un projet financé par le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine bénéficiant de cofinancements de l’Université Bordeaux Montaigne, du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC-SRA), et du labex Sciences Archéologiques Bordeaux (LaScArBx).