UMR 5060 CNRS-Université Bordeaux Montaigne

Nos tutelles

CNRS UBM

Autres équipes IRAMAT

CEB UTBM

Notre LABEX

LaScArBx






Antenne de Saclay

LAPA

Rechercher




Accueil > À la une

Paru dans PLOS ONE : étude sédimentologique et géochronologique de Goda Buticha

par FD - publié le

Un site préhistorique du Middle et Later Stone Age en Ethiopie met en évidence la complexité des changements de comportements avant et après le dernier maximum glaciaire dans la Corne de l’Afrique.

Lien vers l’article.

Les récentes études sédimentologique et géochronologique de la séquence de la grotte Goda Buticha dans le sud-est de l’Ethiopie apportent de nouvelles données sur les occupations humaines de la région entre -65 000 et -1000 ans.



L’Afrique de l’Est est l’un des points de départs possibles des dispersions « Out of Africa » des Hommes anatomiquement modernes vers les autres continents, lors du Pléistocène supérieur, il y a moins de 100 000 ans. Cependant, on sait peu de choses sur la vie de ces hommes durant cette période dans cette région, en partie par manque de sites archéologiques bien datés. Les importants changements de comportements entre le Middle Stone Age et le Later Stone Age qui se sont produits durant ce laps de temps sont ainsi très peu documentés, particulièrement dans la Corne de l’Afrique.

JPEG - 463.9 ko

1 Vue de la colline où se trouve la grotte de Goda Buticha et exemples de pierres taillées du Middle et Later Stone Age provenant du gisement.

Une équipe internationale de chercheurs éthiopiens, français, israéliens, et américains vient de publier dans la revue scientifique PLOS ONE (26 janvier 2017) les résultats d’une large étude sédimentologique et géochronologique pour la grotte de Goda Buticha, and le sud-est de l’Ethiopie. Le site a livré un riche assemblage de pierres taillées attribuées au Middle Stone Age dans la partie inférieure de la séquence et au Later Stone Age dans la partie supérieure de la séquence. Ont été découverts également, de nombreux ossements d’animaux et des coquilles d’œufs d’autruche, dont certaines avaient été transformées en perles. La séquence de Goda Buticha est aussi importante parce qu’elle recèle des restes d’ossement humains, ce qui est très rare pour le Middle et Later Stone Age de la Corne de l’Afrique. L’étude approfondie des sédiments a été complétée par une étude géochronologique mettant en œuvre d’une part les méthodes de la luminescence stimulée optiquement (OSL), qui permettent de dater la mise en place des sédiments dans la séquence, et d’autre part la méthode du radiocarbone appliquée aux charbons. Grâce à ces travaux, un cadre chronologique solide a pu être établi pour la période couvrant -65 000 à -1000 ans. En outre, un long hiatus sédimentaire de -25 000 à -8000 ans a été mis en évidence, ce qui correspond à une période caractérisée dans son ensemble par une extrême aridité, comme cela a été observé dans plusieurs enregistrements climatiques de la région à petite et large échelle. Cette aridité a pu rendre impossible la continuité de l’occupation humaine à cette période dans cette zone. Pourtant, les pierres taillées postérieures au hiatus à Goda Buticha et datées de 8000 à 6000 ans avant le présent suggèrent une combinaison d’industries du Middle et Later Stone Age. Ceci permet donc de souligner la nature complexe et non linéaire des mutations technologiques et des changements de comportements dans la Corne de l’Afrique entre le Middle et le Later Stone Age.

Cette recherche a été conduite grâce à l’autorisation de l’Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (ARCCH) en Ethiopie, et financée par l’Agence Nationale de la Recherche, l’Université Hébraïque de Jérusalem, la National Geographic Society, La fondation Wenner-Gren, le programme prioritaire régional « Heritage, Resources, Governance » et le programme de bourses du Smithsonian Museum et National Museum of Natural History.

JPEG - 240.8 ko

2 depuis l’intérieur de Goda Buticha.